L’Union européenne a décidé jeudi de tripler le budget de son opération de patrouille en mer Triton pour prévenir de nouveaux drames de l’immigration en Méditerranée et d’en appeler aux Nations unies face aux trafiquants d’êtres humains.

L’UE s’est engagée à renforcer rapidement les opérations Triton (au large de l’Italie) et Poséidon (au large de la Grèce) en triplant au moins le budget de ces opérations en 2015 et 2016, actuellement à trois millions d’euros par mois, pour «augmenter ses possibilités de recherche et secours», selon la déclaration finale.

«Nous voulons agir vite, ce qui signifie tripler les ressources financières» de cette opération, a déclaré la chancelière allemande, Angela Merkel, à l’issue d’un sommet européen convoqué après le naufrage d’un chalutier qui a fait plus de 700 morts en Méditerranée dimanche dernier.

Le président français François Hollande a par ailleurs annoncé qu’une résolution allait être présentée à l’ONU pour pouvoir détruire les bateaux des trafiquants en mer Méditerranée. «La décision a été prise de présenter toutes les options pour que les navires puissent être appréhendés, annihilés» avant qu’ils n’embarquent des migrants, a déclaré François Hollande.

«Cela ne peut se faire que dans le cadre d’une résolution du Conseil de sécurité et la France prendra une initiative, avec d’autres», a-t-il ajouté, précisant qu’il allait aborder le sujet ce vendredi 24 avril à Erevan avec le président russe Vladimir Poutine pour surmonter les réticences de Moscou.