Dans une étude qui vient de paraitre, l’association professionnelle du
capital-investissement dans les pays émergents (Empea) révèle que les
levées de fonds par les professionnels du “private equity” pour
investir en Afrique du Nord n’ont fait que décliner depuis le
début du Printemps arabe.

Il en ressort ainsi que, entre 2010 et 2014, les entreprises marocaines ont capté plus de la moitié des sommes investies par l’industrie du “private equity” dans la région, avec 64 investissements pour 711 millions de dollars. L’Égypte suit (30 investissements, 653 millions de dollars), devant la Tunisie (26 investissements, 180 millions de dollars). Les entreprises algériennes n’ont bénéficié que de trois investissements, pour 80 millions de dollars.

Toujours selon “Empea”, dans le domaine du capital-risque, le tunisien MITC Capital a été le gestionnaire le plus actif (12 opérations de 2010 à 2014), tandis qu’en termes de capital-développement (investissement dans des entreprises plus matures et en croissance), AfricInvest a réalisé 19 opérations en quatre ans, devant Abraaj (12 investissements), Mediterrania Capital Partners (9) et Actis (6).

En 2014, 83 millions de dollars ont été levés par des véhicules
dédiés à la région de l’Afrique du Nord, contre 342 millions de
dollars en 2011, 300 millions en 2012 et 234 millions en 2013. Soit une
chute de 64,5 % en un an et de 75,7 % en trois ans, révèle l’étude de
“Empea”