Avec un PNB en hausse de 14% à 2,3 milliards d’euros (1 134 milliards FCFA), Ecobank amorce une délicate remontée de la pente en 2014.

La banque panafricaine est dopée notamment par les reprises sur provisions suite à une année 2013 marquée par l’intégration de l’Oceanic Bank dans le périmètre de la consolidation.

Sur l’exercice 2014, le résultat avant impôt progresse de 134% à 519,5 millions d’euros (258 milliards FCFA). Quant au total bilan, il s’établit à 24,3 milliards d’euros (13 098 milliards FCFA).

S’agissant des fonds propres, ils réalisent un bon de 24%à 2,7 milliards d’euros dopés certes par la croissance organique mais aussi et surtout par les injections successives de fonds réalisées entre les deux exercices.

L’annonce de la distribution d’un dividende à raison d’une action gratuite pour cinq actions détenues le montre bien, Ecobank veut à la fois fidéliser ses actionnaires et garder ses liquidités.

Un tel choix arrivera-t-il à redonner de l’allant au cours d’Ecobank en Bourse ? L’une des conséquences de cette politique de fidélisation de l’actionnariat sera la dégradation du ROE. Cet indicateur phare de la rentabilité des capitaux a réalisé un substantiel bond de 10 points de base, passant de 6,9% en 2013 à 16,5% en 2014.

La banque devra par ailleurs poursuivre ses efforts dans la réduction des charges puisque son coût d’exploitation est évalué à 65,4% contre une moyenne de 45% pour le secteur bancaire.

Ce contenu pourrait également vous intéresser