Avec une dette de plus de 50 milliards de F CFA autour du coup, Sénégal Airlines continue de voler dans une zone de turbulence.

La compagnie sénégalaise doit 5 mois d’arriérés de salaires à ses employés. Fatigués d’attendre, ces salariés sont passés à la vitesse supérieure en usant une forte méthode pour se faire entendre. Ainsi, ils ont séquestré le directeur général de Sénégal Airlines, Mayoro Racine, hier 13 avril.

«Notre ministre de tutelle nous avait promis que les salaires seraient payés au plus tard le 3 avril dernier. Il n’en est rien», ont pesté les salariés sans salaire, par la voix de Moustapha Diakhaté, le coordonnateur des délégués du personnel.

C’est suite à de rudes négociations que le DG a finalement été libéré. Ces employés ont par la suite étalé leurs griefs à leur «otage», qui les rassura en ces termes : «Sénégal Airlines vit une situation de crise. Nos devons être soudés. L’Etat va respecter ses engagements. L’urgence pour moi, aujourd’hui, c’est comment faire pour que vous puissiez avoir une partie de vos arriérés.
Sénégal Airlines connaît d’importantes difficultés depuis plusieurs mois. Pour redresser la situation, la direction avait décidé de mettre en place un plan de restructuration. La compagnie a prévu la réduction des salaires et des effectifs de 40 %. En outre, sa flotte restera limitée à deux appareils : un A320 et un Dash8-Q400.

Le président Macky Sall, a récemment évoqué avec la presse étrangère la situation de la compagnie. Il avait alors déploré le grand nombre d’employés au sein de l’entreprise 250 selon lui ainsi que les salaires importants de certains d’entre eux évoquant des montants pouvant atteindre jusqu’à 10 millions FCFA. Alors que le transporteur ne disposait pas d’avions en propre.
Toutes fois, le collège des délégués de Sénégal Airlines avait corrigé certaines des déclarations du Président Sall dans un communiqué le 19 mars dernier. Les délégués avaient assuré que l’entreprise ne comptait que 229 salariés.

Share Button