Nouveau Directeur Général de la Banque Arabe pour le Développement de l’Afrique depuis la semaine dernière, Sidi Ould Tah, qui occupe actuellement le poste de ministre mauritanien des affaires économiques et du développement, prendra ses nouvelles fonctions le 1é juillet prochain.

En attendant, le poste stratégique qu’il occupe depuis une dizaine d’années, désormais vacant, suscite de nombreuses convoitises au sein des successeurs potentiels.
La Banque Arabe pour le Développement Economique de l’Afrique (BADEA) est une institution à capitaux majoritairement saoudien dont le siège est abrité par Khartoum (Soudan).
Sidi Ould Tah fait ainsi un retour remarqué dans une maison qu’il connaît parfaitement pour y avoir servi à un niveau de responsabilités moindre.
Cette «banque vise le renforcement de la coopération arabo africaine au plan économique et financier, en participant au financement du développement au sein de l’espace de l’Afrique subsaharienne, en stimulant l’apport de capitaux arabes».
D’où une position stratégique, diplomatique et économique dans la coopération arabo africaine.
Le 7é plan quinquennal 2015/2019 de la BADEA envisage de porter à 1,6 milliards de dollars us le volume de ses engagements pour le développement économique de l’Afrique Subsaharienne (soit une amélioration de 60% par rapport à la période 2010/2014).