Les États-Unis et la Communauté d’Afrique de l’Est (East African Community/EAC) ont signé, le 26 février, un accord destiné à faciliter les échanges commerciaux et à défricher le terrain aux investisseurs américains dans la région.

Selon les termes de l’accord, les cinq pays membres de Communauté d’Afrique de l’Est (Tanzanie, Kenya, Ouganda, Rwanda et Burundi) s’engagent à coopérer avec les États-Unis dans les domaines de l’harmonisation des normes commerciales et de l’assouplissement des procédures douanières et des formalités administratives aux frontières.

Washington s’engage, dans ce cadre, à assurer à ses partenaires est-africains des formations dans les domaines de la sécurité alimentaire, des règlements internationaux et des normes de la santé animale et végétale.

L’administration Obama a déclaré que cet accord constitue une première plateforme pour un accord global avec le reste du continent, qui compte six des dix économies les plus dynamiques au monde et où les classes moyennes enregistrent la plus forte croissance à l’échelle planétaire.

Les échanges commerciaux entre les États-Unis et la Communauté d’Afrique de l’Est ont augmenté de 52% en 2014, à 2,8 milliards de dollars.

Les cinq pays de la communauté économique sont tous membres du programme AGOA (Africa Growth and Opportunity Act), un régime de préférences commerciales accordé par les États-Unis aux pays africains.

Ce contenu pourrait également vous intéresser