La Banque africaine de développement (BAD), et le leader mondial des services d’information commerciale et financière, Bloomberg, ont lancé l’AFMISM Bloomberg African Bond Index (ABABI), une nouvelle famille d’indices obligataires africains, annonce un communiqué de l’institution financière.
Les deux instituions avaient déjà annoncé leur collaboration, en décembre 2014, selon la même source qui rappelle que la BAD avait créé en 2008 l’Initiative africaine des marchés financiers (IMFA).

Calculé par Bloomberg, l’ABABI est constitué d’indices souverains en monnaie locale, respectivement d’Afrique du Sud, d’Égypte, du Nigeria et du Kenya, explique le document.

Pour Stefan Nalletamby, directeur du département pour le développement du secteur financier de la BAD, le lancement de ces indices arrive à point nommé, à un moment où les pays africains sont, plus que jamais, à la recherche de financements sur les marchés de capitaux domestiques, indispensables au développement économique.

Le communiqué ajoute que l’ABABI comprend un indice d’obligations souveraines africaines, constitué des quatre obligations les plus liquides en Afrique, et de trois sous-indices pour les différentes gammes de maturité.