Le 13 février 2015, Standard & Poor’s Ratings Services a confirmé les notes à long terme à « B- » de la dette souveraine en devises et en monnaie locale de la République démocratique du Congo (RDC). Nous avons en parallèle réaffirmé les notes à court terme à « B » de la dette en devises et en monnaie locale. La perspective est stable.

Selon le communiqué S&P émis à l’occasion, les notes sont contraintes par des institutions et une gouvernance de qualité médiocre, par une instabilité permanente, en particulier dans l’est de la RDC, par des niveaux de revenu extrêmement bas, par une dépendance majeure envers les afflux d’investissements directs étrangers (IDE) pour financer l’important déficit de la balance courante et enfin par une flexibilité limitée en matière de politique économique, compte tenu des besoins de développement significatifs du pays.

S&P pense  toutefois que l’encours de la dette de l’ensemble des administrations publiques restera réduit, en particulier par rapport au PIB, ce qui apporte du soutien aux notes. Cet encours modéré a été permis par l’allègement récent de la dette, par une vive croissance du PIB nominal et par un faible déficit budgétaire.

Depuis son  récapitulatif du 22 août 2014, S&P a révisé à la baisse ses  prévisions relatives aux cours mondiaux moyens du cuivre – le cœur des exportations de la RDC – de 13 %, afin de tenir compte de l’évolution de la courbe des cours à terme (cf.« Standard & Poor’s Makes Significant Downward Revisions To Its 2015-2017 Metals Price

Ce contenu pourrait également vous intéresser