La Fédération des Services et Professions Libérales (FSPL), une composante du Conseil National du Patronat de Mauritanie(CNPM), en collaboration avec le Ministère de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et des Nouvelles Technologies, organise  la 3éme édition du salon de l’emploi au Palais des Congrès de Nouakchott, mardi et mercredi.

Cette manifestation, sous le haut patronage du président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a pour thème « les technologies de l’Information et de la Communication (TIC) au service de l’auto emploi des jeunes ».

Dans son allocution inaugurale, Mohamed Ould Waled, président de la Fédération des Services et Professions Libérales (FSPL) et jeune chef d’entreprise, donne la dimension de la 3é édition du salon de l’emploi : «une table ronde regroupant les pouvoirs publics, le secteur privé et les partenaires au développement, et au cours de laquelle le Ministère de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et des Nouvelles Technologies va présenter un porte feuille de projets élaborés par ses services.

Dans le même discours, le président de la FSPL a insisté sur l’importance de la mise sur pied d’un mécanisme de suivi de la mise des décisions et recommandations issues de la présente édition, sur la base des insuffisances notées à l’occasion des éditions précédentes.
Le président de la Fédération des Services et Professions Libérales (FSPL) du Conseil National du Patronat de Mauritanie (CNPM) se présente comme un militant résolu «d’un entreprise citoyenne capable de prendre en charge la lancinante question du chômage des jeunes au-delà de la nécessité de faire des bénéfices. Une entité fortement ancrée dans son environnement économique et social, et capable de nourrir le rêve du plein emploi ».
Ainsi, il apprécie à sa juste valeur «l’action du président Mohamed Ould Abdel Aziz en faveur de l’emploi des jeunes et de l’organisation du salon de l’emploi » et sa déclaration consacrant l’année 2015 à cette importante question.
En Mauritanie, 50.000 demandeurs arrivent annuellement sur le marché de l’emploi.
Les chiffres du chômage chez les jeunes restent très élevés frisant notamment les 40% à l’image de tous les Pays en Voie de Développement.
La problématique du chômage des jeunes en Afrique est plus complexe que dans les autres régions du monde, avec la population la moins âgée de la planète.
Amadou Seck à Nouakchott

Ce contenu pourrait également vous intéresser