Le Nigeria qui aurait dépassé l’Afrique du Sud en PIB exprimé en valeur absolue  représente 79% des exportations hors réexportations de la Communauté economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest. Mais le géant ouest africain,  qui génère 60% du commerce sous regional, n’a jamais réussi à assumer son leadership.

Le Nigeria constitue la principale menace sécuritaire pour ses voisins. c’est dans ce pays de 300 millions d’habitants qu’une pseudo secte islamiste avec toutes les apparences d’un gang du crime organisé enlève des jeunes filles, braque  des banques et  incendie des villages au cri d’Allah Akhbar. La dernière attaque massive date du 20 décembre et s’est conclue par l’enlèvement de 185 personnes, la fusillade de 32 villageois  dont l’imam et  l’incendie de  de Gumsuri, commune située à 70  kilomètres au sud de Maiduguri. La nouvelle a mis quatre jours pour parvenir aux autorités.

Boko Haram frappe desormais  en plein jour, ce qui laisse supposer des complicités dans l’armée et la police. L’ampleur de ces attaques a provoqué des critiques sévères de l’armée americaine qui s’étonne que sa consœur nigeriane ne puisse faire face à un groupuscule moins équipé. De son côté, l’ambassade americaine à Abuja a publiquement regretté les méthodes de l’armée nigeriane qui s’est aliéné les populations du Nord-Est.

Pour toute réponse, le Nigeria a déclaré pouvoir se passer de l’assistance américaine. L’armée étant le premier élément de souveraineté d’une  Nation, l’on est en droit de formuler des inquiétudes envers le géant nigérian. Comment un pays qui consacre  20% de son Budget  soit  4,9 milliards d’euros à sa défense  n’arrive-t-il  pas à sécuriser ses frontières?

Les américains qui suspectent un degré de corruption élevé auraient décidé de restreindre l’information et de ne plus partager les relevés de surface (renseignements) avec une armée nigeriane apparemment infiltrée.

Des critiques proférées aussi par les leaders religieux et politique à l’instar  Du  sultan de Sokoto, Alhaji Sa’ad Abubakar Mohammed III, qui a déclaré que la série d’explosions dans la mosquée centrale de Kano qui a fait plus d’une centaine de victimes, était la preuve que le gouvernement nigérian a failli dans sa mission de protection des citoyens. “Sommes-nous vraiment conscients des répercussions du versement du sang des âmes innocentes? Quelle est le résultat de la campagne militaire du gouvernement contre le terrorisme et l’énorme budget qui l’accompagne ? Où sont les agences des renseignements et de la sécurité? », s’est demande le sultan qui parle de mauvaise gouvernance en allusion au President Goodluck Jonathan, plus engagé pour sa réélection que pour La défense de ses citoyens.