219 millions d’euros exactement. C’est le jackpot de la banque africaine de développement (BAD) accordé à l’énergie solaire marocaine pour la construction de la phase 2 du complexe solaire d’Ouarzazate NOOR.
Cette contribution de la BAD est répartie ainsi : 100 millions d’euros puisés des ressources propres de la banque africaine de développement et 119 millions d’euros provenant des ressources des concessionnelles mobilisés auprès du Fonds pour les Technologies Propres, permettant d’atténuer le coût de production d’électricité par les centrales solaires NOOR II et NOOR III.

Le projet renforcera «le rôle important que joue la Banque dans le secteur de l’énergie et de la croissance verte de l’économie marocaine.» Ce nouveau prêt portera à près d’un milliard d’euros le volume total du portefeuille de projets actifs de la Banque dans le secteur de l’énergie au Maroc dont 73% sont consacrés au financement de projets d’énergies renouvelables d’origine éolienne, solaire et hydroélectrique.