Le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale a approuvé, le 4 deçembre, un crédit d’un montant de 70 millions de dollars alloué par l’Association internationale de
développement (IDA)* afin d’appuyer les efforts déployés par la Côte d’Ivoire pour renforcer son administration publique et faciliter la croissance du secteur privé, améliorer la gouvernance et créer un climat plus propice à l’activité des entreprises, le tout dans le but de réduire la pauvreté extrême et de promouvoir la prospérité
partagée.

Le deuxième Crdit à l’appui de la réduction de la pauvreté (PRSC-2) s’inscrit dans une série programmée de trois opérations à l’appui des politiques de développement visant à aider la Côte d’Ivoire à devenir un marché émergent d’ici 2020, conformément à
l’objectif que le pays s’est fixé.

La croissance économique de la Côte d’Ivoire est depuis longtemps entravée par de graves problèmes de gouvernance et par des conflits récurrents, dont le plus récent, qui a fait suite à l’élection présidentielle de novembre 2010, s’est prolongé jusqu’à avril 2011.

« Depuis la fin de la crise, le pays s’est engagé dans un programme de réformes ambitieuses et étendues qui tirent parti des atouts considérables que représentent son capital humain, ses ressources naturelles et son infrastructure pour parvenir à une croissance économique solide, durable et diversifiée, avec le concours de la
communauté internationale des donateurs» 
explique Ousmane Diagana, Directeur des   Opérations de la Banque Mondiale pour la Côte d’Ivoire.