Les Bourses des monarchies pétrolières du Golfe ont lourdement chuté cette semaine, descendant pour plusieurs d’entre elles sous des seuils psychologiques, en raison de l’effondrement des cours du pétrole.  

L’indice de la Bourse de Dubaï a plongé de 7,2% hier avant de se redresser légèrement. En milieu de séance, il était en baisse de
6,2% à 3.641 points, en dessous du seuil psychologique des 3.700 points. Sur le marché saoudien, le plus grand du monde arabe, l’indice a perdu plus de 3% jeudi, tombant sous le seuil psychologique de 8.200 points. Sabic, le géant de la pétrochimie, a reculé de plus de 5%.

La Bourse du Qatar, le deuxième plus grand marché arabe, s’est dépréciée de 4%, descendant sous le seuil des 12.000 points. Tous les secteurs étaient dans le rouge.

Le marché d’Abou Dhabi, le deuxième marché des Emirats arabes unis, qui connaît d’habitude de petites fluctuations, a chuté de 4,2%, son indice s’échangeant à 4.388,71 points. Les secteurs des banques, des sociétés financières et de l’immobilier accusaient les plus grandes pertes.

La Bourse du Koweït a reculait de 2,1% à 6.427,25 points, descendant sous le seuil des 6.500 points, un plus bas en plus de 20 mois. “La panique a provoqué des ventes sur toutes les Bourses du Golfe, très sensibles à l’évolution du marché pétrolier”, a indiqué Mohamed Zidan, analyste en chef de la firme de courtage Orbex, basée à Koweït.

“La crainte que les Etats du Golfe commencent à annoncer des déficits budgétaires a entamé la confiance des investisseurs”, a-t-il
ajouté à l’AFP. Cette tendance baissière devrait selon lui se poursuivre la semaine prochaine mais un à rythme plus faible