A l’appel du puissant syndicat pétrolier ONEP, le Gabon est en grève depuis mardi. Les principales compagnies en activité, à l’instar de Shell et de Total accusent d’importantes baisses de leurs productions.

Le major d’origine néerlandaise a vu ses livraionsc en chute de 80% dès le premier jour selon des sources syndicales. Le president Ali Bongo joue les médiateurs d’une grève dont l’enjeu est, rappelons-le, de réintégrer un groupe de travailleurs récemment licenciés.

Le Gabon produit 230 000 barils  par jour mais reste largement dépendant des produits pétroliers importés.