Le scandale qui touche la Compagnie Générale Immobilière (CGI) risque d’avoir comme premier impact collatéral la sortie du promoteur immobilier du Groupe CDG de la Bourse de Casablanca.

Après la suspension de la cotation en Bourse de la société, intervenue le vendredi 17 octobre 2014, c’est l’avenir de la société à la Bourse de Casablanca qui semble être scellé après l’annonce du Conseil d’administration, suite à une réunion tenue le mercredi 22 octobre 2014, de la décision de radier la CGI de la cote.

Cette décision a été prise sur instruction du Ministère de l’Economie et des Finances et a été justifiée par «la volonté d’infléchir les orientations stratégique de la société».

Conséquence de cette décision, une offre publique de retrait (OPR) sera lancée très prochainement et l’opération de radiation suivra.
Au préalable, il faudra bien évidemment que l’OPR obtienne l’aval du CDVM. Cette OPR sera initiée par CDG Développement, filiale du Groupe CDG, qui contrôle 76,14 % du capital de la CGI. L’offre va ainsi concerner les 23,86 % du capital de la CGI dont le flottant en Bourse (15,35 %) et la participation de RMA Watanya (8,51 %).

Une perte pour la Bourse

Introduite en Bourse en août 2007, la CGI qui pèse une capitalisation boursière de 13,34 milliards de dirhams, soit 2,7 % de la capitalisation boursière de la place, est l’une des valeurs solides et des plus liquides de la place casablancaise. Sa radiation va allonger la longue liste des entreprises qui ont quitté la corbeille casablancaise au cours de ces dernières années. Ce qui va constituer un coup dur pour la Bourse de Casablanca qui a du mal à attirer de nouveaux émetteurs au niveau de la cote.
Enfin , signalons que cette décision intervient quelques jours après l’audition du Directeur Général du groupe CDG et de 22 autres personnes du Groupe par un juge de la ville de Fès dans le cadre du scandale qui secoue la CGI et qui est lié aux irrégularités constatées au niveau de projets immobiliers au nord du Maroc, plus précisément à Al Hoceima. Selon certaines sources, des anomalies techniques et financières ont été révélées par les enquêtes et audits réalisées. Est-ce que ce sont celles-ci qui sont à l’origine de la décision du Ministère de l’Economie et des Finances de retirer CGI de la cote ? En tout cas le marché financier casablancais et les investisseurs attendent plus d’éclaircissements sur cette décision de radiation de la société de la cote qui a surpris plus d’un.