Le patron de la puissante Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG), Anas Alami,  46 ans, en poste depuis juin 2009,  est entendu depuis ce matin par le procureur général de Fès sur la base d’un rapport de la Brigade nationale de la  police judicire.  Interdit de quitter le territoire depuis la mi-septembre (il s’en est rendu compte quand il a voulu se rendre à la Mecque), le financier serait entendu dans le cadre des défaillances d’un projet immobilier qui concerne en fait, la Compagnie Générale Immobilière (CGI), l’une de ses filiales  cotées à la Bourse de Casablanca.  

Selon la presse marocaine, une enquête était diligentée depuis le mois d’août dernier au sujet d’un méga-projet immobilier  dans le Nord. C’était suite à la plainte des acquéreurs dont la plupart sont des marocains résidents à l’étranger. L’enquête et les auditions en cours, sur instruction royale, concerneraient maintenant tous les projets (au nombre de 26) de la CGI au Nord du Maroc.  Selon le site arabophone Goud.ma,  Ali Ghannam, directeur général de la CGI, était aussi auditionné ce matin.  En tout, 23 personnes sont concernées par cette enquête.

En mai 2014, Anas Alami avait été invité au Parlement  par la commission “Finance” qui souhaitait connaître le mode de gestion et  renforcer le contrôle de la CDG.  Acteur institutionnel majeur, la CDG injecte environ 10 milliards de dirhams par an dans le circuit économique marocain.