1. (Photo: Jean Claude de l’Estrac, ici  à Paris avec le président mauritanien, Mohamed Abdel Aziz)

 

  • A huit semaines du Sommet de Dakar qui désignera le prochain successeur du Président Abdou Diouf à la tête de l’OIF, la capitale française était ce weekend le lieu de toutes les rencontres diplomatiques autour de la Francophonie.


Le Premier ministre de Maurice, Navin Ramgoolam, était reçu vendredi dernier, le 3 octobre, par François Hollande à l’Elysée, tandis que le candidat Mauricien, tout juste rentré de Berne, Suisse, où il avait rencontré les autorités helvétiques, s’entretenait avec Mohamed Ould Abdel Aziz, chef de l’Etat mauritanien et président de l’Union africaine, lui aussi de passage dans la ville lumière.
De ce ballet diplomatique, marqué par le dynamisme de la démarche mauricienne, on retiendra que le président français a écouté avec grande attention les arguments du chef du gouvernement mauricien en faveur de la candidature de son compatriote Jean Claude de l’Estrac.
Navin Ramgoolam a souligné les qualités du programme et l’expérience de Jean Claude de l’Estrac qui en font un candidat hautement « crédible ». Durant son entretien avec le président Hollande, il s’est dit confiant quant au soutien de ses pairs chefs d’Etat et de gouvernement africains. « C’est un homme d’action, c’est pourquoi je pense qu’il est le meilleur candidat pour la Francophonie », a-t-il dit à la presse rassemblée dans la cour de l’Elysée au sortir de son entretien avec le président français. François Hollande et Navin Ramgoolam se sont d’ailleurs félicités des réalisations de la Commission de l’océan Indien, organisation intergouvernementale réunissant la France, Maurice, les Comores, Madagascar et les Seychelles, dont Jean Claude de l’Estrac est l’actuel secrétaire général.
De son côté, le candidat de Maurice rencontrait samedi 4 octobre le chef de l’Etat mauritanien et président en exercice de l’Union africaine. Mohamed Ould Abdel Aziz a écouté avec intérêt le projet pour la Francophonie porté par Jean Claude de l’Estrac, en particulier ses 12 propositions. Lors de cet entretien amical qui s’est déroulé à la résidence de l’ambassadeur de Mauritanie à Paris, le président de l’Union africaine s’est montré sensible à l’exemple économique et social mauricien et a indiqué sa volonté d’une « solution africaine » pour la succession de l’actuel Secrétaire général de la Francophonie. Mohamed Ould Abdel Aziz a dit souscrire aux priorités définies dans le programme de Jean Claude de l’Estrac et s’est montré favorable au renforcement de la mission économique du Secrétariat général de la Francophonie, notamment au service de l’industrialisation de l’Afrique.
Jean Claude de l’Estrac a également rencontré l’Egyptien Boutros Boutros-Ghali, ancien secrétaire général de la Francophonie et des Nations unies, qui a témoigné d’un vif intérêt au programme mauricien.
Dernière étape de son déplacement en Europe, Jean Claude de l’Estrac sera en ce début de semaine à Monaco où il sera reçu par le gouvernement princier.