Selon la toute dernière évaluation des risques du secteur bancaire par pays (Banking Industry Country Risk Assessment (BICRA) élaborée par l’agence de notation Standard & Poor’s (S&P), celle-ci vient de classer le secteur bancaire tunisien dans le groupe 8 sur une échelle de 1 à 10.

L’agence a ainsi indiqué que les banques en Tunisie font face à une vive concurrence dans une industrie fragmentée. «Nous ne prévoyons pas de changements importants dans le paysage concurrentiel dans les trimestres à venir, parce que nous comprenons que la consolidation du secteur bancaire, via la fusion des banques publiques, ne soit pas dans l’agenda du gouvernement», a estimé S&P.

Selon S&P, la réglementation et la supervision bancaire restent plus faibles que les normes internationales. «Les banques tunisiennes présentent une tendance modérée à la prise de risque et n’utilisent pas de produits financiers complexes», explique l’agence dans son évaluation du risque du secteur bancaire tunisien publiée sur son site
web.

Notons, par ailleurs, que le groupe “8” contient, outre la Tunisie, le Kazakhstan, le Nigeria, le Liban et la Géorgie.