Le ministre ivoirien du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME, Jean-Louis Billon. S’est prononcé en faveur de la dévaluation du Franc CFA lors d’une rencontre avec la presse, le 26 septembre, à Abidjan.

« Comme toute monnaie, le franc CFA est perfectible. Alors si on peut l’améliorer il faut le faire. Car, indexé à l’euro, le franc CFA est trop fort. Il faut donc une flexibilité », a déclaré Jean-Louis Billon.

Cette option pour un réajustement monétaire devrait, estiment les analystes, être percédé d’une introspection profonde de la part de pays qui facturent en euros et encaissent en dollars. La cohérence économique militerait pour la rupture de la parité fixe entre la monnaie des anciennes colonies et l’euro, sachant que les deux ensembles respectifs auxquels se rattachent ces deux monnaies n’ont pas le même profil.

En étant maître de leur politique monétaire, les États de l’UEMOA pourraient procéder aux ajustements qu’ils jugent nécessaires face aux monnaies des pays partenaires, à savoir l’Europe, les USA et, demain, avec la montée de la Chine, du Yuan. En se libérant de la tutelle Europeano-française, les pays ouest-africains auront toute l’attitude à réguler l’inflation et à procéder à certains arbitrages pouvant aller jusqu’à l’utilisation des mesures non conventionnelles pour la relance. Jean-Louis Billon a ouvert le débat.