Jalloul AyedLe tunisien Jalloul Ayed, ancien ministre sous les gouvernements post révolutionnaires de Mohamed Ghannouchi puis de Béji Caid Essebsi est le candidat de la Tunisie à la direction de la Banque Africaine de Développement. Sa désignation résulte d’un consensus entre la présidence de la République et le gouvernement provisoire.

Amal K, Tunis

C’est le  Rwandais Donald  Kaberuka, réélu en 2010 qui est l’actuel  Président de la BAD, institution créée en 1963. Certains disent que la candidature de  Ayed compensera  le départ de la banque qui devra déménager de son siège de Tunis avant la fin de 2014, pour réintégrer son siège statuaire d’ Abdidjan.

Jalloul Ayed, né le 6 février 1951,  a fait sa carrière dans les banques avant de devenir ministre des finances.  Il a été notamment  directeur général de la filiale tunisienne de la Citibank, vice président de Citicorp et directeur général de Corporate Bank aux Emirats.  Au Maroc, il participe aux côtés du président Othman Benjelloun au renouveau de la place financière marocaine.

Le lancement de BMCE Capital à la fin des années 90, précédée quelques années plutôt de la naissance de Upline Securities et de CGF Group allait en effet sonner le printemps financier marocain.  Produit de Jalloul Ayed, BMCE Capital allait donner la voie à suivre au secteur financier marocain.  Plus tard, Jalloul Ayed, à la manoeuvre, jouera un rôle clé dans la reprise de Bank of Africa par le groupe BMCE Bank et, finalement, dans l’implantation du groupe en Afrique selon une approche “afro-africaine”.

Les adversaires de Jalloul Ayed

Propulsé depuis le printemps arabe dans l’arène politique tunisienne, Jalloul Ayed devra cependant batailler dur pour s’imposer à la Banque Africaine de Développement (BAD).   Selon les informations, le Nigeria sera bel et bien candidat.  Interrogé sur la question par Financial Afrik, la gouveneur par intérim de la Banque centrale du Nigeria (CBN), Sarah Alade, a répondu d’un énigmatique “No comment“.  Dans les coulisses, l’on évoque les candidatures du Tchad et de l’Ethiopie.  C’est dire que la compétition sera rude.  Jalloul Ayed restant pour sa part, le candidat du marché et du consensus entre membres africains et membres régionaux.

Ce contenu pourrait également vous intéresser