Dinar algérien Dans un  communiqué, La  banque d’Algérie relève la hausse  des infractions à la législation des changes, estimées à   43 milliards de dinars entre 2010 et 2013. D’après le directeur général du contrôle à la banque d’Algérie, Hanafi Si Fodhil, « Ce montant est réparti sur 208 procès-verbaux d’infraction à la législation de change établis à l’issue d’une centaine d’opérations de contrôle de change effectuées par des inspecteurs de la Banque centrale ».
Pas moins de  45 P-V d’infraction ont été établis uniquement pour l’année 2010, cette mission spéciale de contrôle ayant touché huit banques. La valeur des infractions encourues par ces P-V est estimée à 15 milliards de dinars. Par rapport à l’année 2010, l’année 2011 a enregistré 126 infractions constatées par les inspecteurs de la Banque d’Algérie pour une valeur globale de 16,7 milliards de dinars, contre 15 P-V (10,4 mds de dinars) en 2012 et 22 P-V (830 millions de dinars) depuis début 2013.
Selon le gouverneur de la banque d’Algérie, M. Mohamed Laksaci, « Pour l’année 2013, quelque  143 opérateurs sont interdits par la Banque d’Algérie d’effecteur ces opérations au terme du processus d’apurement de leurs dossiers de commerce extérieur » L’amendement en août 2010 de l’ordonnance 96-22 a permis de renforcer davantage le dispositif de lutte contre les infractions de change à travers, entre autres, l’assouplissement et la simplification des procédures de poursuite des infractions constatées et l’aggravation des sanctions à l’encontre des contrevenants.
                                                                              Youcef MAALLEMI  – Alger

Ce contenu pourrait également vous intéresser