Le volume des investissements étrangers en Tunisie a baissé de 1,3% au cours du premier semestre 2013. Selon l’agence de promotion de l’investissement extérieur  (FIPA), le montant des investissements est  passé de 951,2 millions de dinars à 939 MD.

 Les investissements directs étrangers (IDE) représentent un volume de 823,2 millions de dinars, alors que 115,8 MD proviennent de participations au capital dites investissement de porte feuille.
C’est le secteur des services qui enregistre le recul le plus net avec moins 21,8% par rapport à 2012, suivi du secteur industriel (-5%) et celui de l’énergie (-4,3%).
La FIPA souligne, par ailleurs, que les nouveaux investissements ont contribué à l’installation de 89 nouvelles entreprises  et l’extension des activités de 246 autres.  En termes d’emploi cela s’est traduit par la création de 2610 postes seulement.
Ces chiffres interviennent dans un climat politique très tendu entre gouvernement et opposition, alors que les travaux de l’assemblée nationale constituante (ANC) sont suspendus jusqu’à l’instauration du dialogue national entre les protagonistes. L’opposition réclame la démission du gouvernement et la dissolution de l’assemblée nationale. Le gouvernement, composé d’une Troika où le parti islamiste Ennahdha est largement majoritaire, reste attaché à sa légitimé électorale issue des élections du 23 octobre 2011.