La Société de Production de l’Electricité à Partir du Gaz (SPEG) en Mauritanie, dont le pacte des actionnaires a commencé à produire ses effets depuis mercredi dernier, a placé la barre au sommet dans le cadre de ses objectifs de performances.

A partir du gaz extrait du champ de Banda (70 kilomètres au large de Nouakchott), la SPEG vise la production de 350 MW dans une première phase et 700 MW à terme « pour permettre aux opérateurs miniers du pays de disposer d’une source d’énergie compétitive pour leurs activités industrielles  et à la Société Mauritanienne d’Electricité (SOMELEC) de renforcer ses capacités énergétiques en vue de garantir l’accès à l’électricité aux populations ».

Il est également prévu une exportation de la nouvelle énergie vers le Sénégal.Le tour de table des actionnaires de la SPEG est composé de la Société Mauritanienne d’Electricité (SOMELEC-40%),Power KG (filiale de Kinross-34%) et la Société Nationale Industrielle et Minière (SNIM-26%).

Ce contenu pourrait également vous intéresser