Selon les canaux officiels tchadiens,  le député  Saleh Maki, membre de la coordination des partis pour la défense de la constitution (CPDC), Idriss Deby serait un  des auteurs de  la tentative de coup d’Etat mis en échec entre le 1er et le 2 mai.  Cette haute figure de l’opposition a été arrêté en même temps que Mahamat Malloum kadré, député membre de la coalition au pouvoir.  Les généraux Weiddig Assi Assoué et Ngominé Beadmadji David sont aussi aux arrêts.

L’opération impliquant plusieurs civils et militaires étaient en préparation depuis 4 mois.  Environ 8 personnes ont été tuées et 15 blessés dans des échanges de tirs entre les forces loyales et des groupes putschistes à la garnison de Gassi.  Il s’agit d’une énième tentative de déstabiliser Idriss Déby au pouvoir depuis décembre 1990.   Pays producteur de pétrole (114000 barils par jour), le  Tchad est habitué aux coups d’Etat.  Le président Idriss Déby a accusé il y a quelques semaines la nouvelle Libye d’abriter des mercenaires tchadiens en vue de destabiliser Ndjamena.

 

 

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser